27
Jeu, Juil
9 Nouveaux articles

Campagne et programmes électoraux des candidats à l'élection présidentielle

politique
Typography

Les candidats à l'élection présidentielle au Congo qui a lieu le 20 mars prochain sillonnent le terrain. Partout où ils vont, ils déclinent leur programme fait de promesses. Même Sassou qui avait annoncé il y a quelques années avoir réalisé le plein emploi au Congo promet aujourd'hui de... résoudre la question du chômage. Comme quoi il est possible de vouloir résoudre un problème qui ne se pose pas.

Les candidats à l'élection présidentielle au Congo qui a lieu le 20 mars prochain sillonnent le terrain. Partout où ils vont, ils déclinent leur programme fait de promesses. Même Sassou qui avait annoncé il y a quelques années avoir réalisé le plein emploi au Congo promet aujourd'hui de... résoudre la question du chômage. Comme quoi il est possible de vouloir résoudre un problème qui ne se pose plus.

Voici ce que disent les différents candidats lors de leur rencontre avec des Congolais, lesquels ne se passionnement guère pour la campagne.

 Jean Marie Michel Mokoko

L'ancien chef d'état-major général promet de convoquer  dans les trois mois après son accession à la magistrature suprême, les Etats généraux de la Nation en vue de ‘"débattre de fond en comble de tous les problèmes qui minent ce pays".

Il s'engage à "faire que l’école publique soit la priorité du gouvernement de la République, afin qu’elle retrouve sa place en améliorant les conditions de vie des enseignants même dans les coins les plus reculés du pays".

« Si mon peuple me fait confiance j’entends diriger ce pays sous le signe d’un mandat de transition apaisée qui fera appel à toutes les forces vives de la nation », a-t-il indiqué.

Il voudra créer une banque " dont l’ambition sera de financer les projets des jeunes, sera accompagnée d’un bureau d’étude pour pallier le manque de garantie des jeunes et il y aura une structure qui sera dotée d’une base de données des diplômés sans emplois ».

De même, il accordera une priorité à l'agriculture qualifiée de "gisement d'emplois" et moralisera l'administration. 

XXXXXXXXXXX

Claudine Munari

La seule candidate à l’élection  propose un projet en douze chantiers dont la lutte contre le chômage.

Elle se présente comme la candidate de l’unité

« Vous savez pourquoi l'unité. Quand les choses disent : attention vous allez provoquer des guerres au Congo, je dis quelle absurdité ! Quand les gens sont unis est-ce qu'ils peuvent se battre ? Quand les gens sont unis sur leurs intérêts, est-ce qu'ils peuvent se battre ? Alors, qu'on ne vienne pas nous amuser, on nous a trop amusé » a-t-elle déclaré.

Puis elle a lancé un appel aux femmes :

 « La femme congolaise a de tout temps joué le rôle d’assistante, le temps est venu qu’elle passe à l’action. J’appelle la femme congolaise à s’engager à me donner la victoire à l’élection du 20 mars afin que je sois la première mère de la Nation congolaise ».

XXXXXXXXXXX

Tsaty Mabiala

Autour des valeurs de de liberté, de partage, et de progrès, le candidat de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads) porte un projet de société intitulé « un Congo nouveau et moderne dans une Afrique nouvelle et intégrée ».

Ses priorités sont la réforme des secteurs éducatif, sanitaire et de l’emploi, la décentralisation et la diversification de l’économie.

Sur le système éducatif congolais dans son ensemble, il observe que « Le taux de scolarité de 95% ne veut plus rien dire. La crise du système scolaire congolais se traduit par le manque d’infrastructures, d’équipements, de manuels scolaires et, plus grave, par l’absence de motivation des formateurs et donc par la tension morale. Tous ces défauts contribuent à la baisse du niveau scolaire ».

 A propos de l'emploi il considère qu'« aujourd’hui, dans la tranche d’âge de 20 à 30 ans, 2/3 des jeunes sont sans emploi. Les inégalités constatées dans la société congolaise touchent beaucoup plus les femmes. En effet, 68% des femmes de 15 ans et plus, ne savent ni lire ni écrire, 6% des filles admises au primaire arrivent à l’Université. On note une marginalisation professionnelle des femmes, 70% des femmes travaillent sans diplôme contre 4%. Le gouvernement s’emploiera à ramener le taux de chômage dans les 5 ans à environ10%, en investissant dans les secteurs pourvoyeurs d’emplois. L’objectif est le plein emploi. De même, je m’emploierai à diversifier les domaines de formation technique et universitaire suivant les besoins du marché actuel de l’emploi ».

XXXXXXXXXXX

Kolelas

Son projet de société est intitulé « Plan Parfait pour le Congo ».

 Brice Parfait Kolelas voudrait réformer l'administration du territoire en réduisant le nombre de profondes à quatre.

Il se propose en outre d’asseoir le développement du Congo à partir de pôles économiques qui tiennent compte des ressources dont regorge chaque département du pays.

XXXXXXXXXXX

Sassou

Le nouveau projet de société de Sassou est dénommé " la marche vers le développement ". Il met " l'accent sur l'agriculture, le social et l'emploi des jeunes ".

"Il y a des opportunités de formation qualifiante, gage  pour intégrer le marché du travail", a-t-il déclaré, à Pointe- Noire, citant l'implantation de la zone économique spéciale dans cette ville et le montage d'autres unités de production grâce aux partenariats qui seront conclus avec des opérateurs chinois, sud-africains et bien d'autres.

Et Okiémy, son porte-parole, de préciser : « Le premier bénéfice d'une telle démarche sera de créer une nouvelle citoyenneté en replaçant les Congolais au cœur même du processus décisionnel, et en abolissant toute frontière entre gouvernants et gouvernés. Et, in fine, en ouvrant la politique à une expression populaire. Il s'agira d'améliorer la gouvernance locale aux fins de rapprocher les pouvoirs publics des citoyens. Les collectivités locales vont devenir les maîtres de leur destin, là où Brazzaville décidait auparavant à leur place ».

M. Sassou a promis notamment de résoudre le problème du chômage.

A noter qu'il y a trois ans, devant le parlement réuni en congrès, le même Sassou déclarait que de 2005 à 2011 le chômage au Congo a décru de 19,4%, à 6,9% (1), soit le plein emploi. On se demande donc bien ce qui s'est passé pour qu'aujourd'hui il ait besoin de résoudre un problème censé ne plus exister...

(1) Les chiffres de l’Office national de l’emploi et de la main-d’œuvre (ONEMO) étant de 34,2 % en 2011 pour la tranche d’âge de 25-35 ans, la RDPH établissant ce chiffre à 54 % pour la population en âge de travailler. 

XXXXXXXXXXX

Okombi Salissa

Son programme se structure autour de vingt et un axes

Diversifier l’économie nationale afin qu’elle ne soit plus dépendante du secteur pétrolier ; développer le secteur tertiaire, le secteur des NTIC, la production écologique, l’innovation et la recherche scientifique; réduire les charges à l’importation, à l’exportation, au dédouanement et les charges fiscales de manière raisonnable et de nature à booster l’activité économique ; mettre en place un système de préférence nationale en matière économique; combattre la logique des détournements massifs des fonds publics etc.; tels sont quelques uns des axes retenus.

A savoir

Soupçonnant la Commission nationale électorale indépendante (CNEI) d’être à la solde du pouvoir, Okombi Salissa, Kolélas, Mokoko, Munari et Tsaty Mabiala ont créé une structure dénommée Commission technique électorale (CTE) destinée à lutter contre la fraude de Sassou.

Le CTE représentera les cinq opposants  dans tous les bureaux de vote du pays le jour du scrutin pour compiler l’ensemble des procès-verbaux et annoncer ses propres résultats, selon les explications de Charles Zacharie Bowao, coordonnateur de l’ICAD-FROCAD.

Dans un communiqué, il est souligné que " La commission va travailler directement avec les représentants des cinq candidats présents dans les bureaux de vote en ne s’appuyant que sur les fiches des résultats des bureaux de vote dûment établis, signés et affichés après le dépouillement ".

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS