16
Lun, Juil
2 Nouveaux articles

Les désillusions d’un soldat de Sassou, qui en appelle à la révolte

politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Voici un document audio qui fait le buzz sur les réseaux sociaux et qui n’a pas manqué de faire réagir la police politique de Sassou, laquelle, pour parer au plus pressé, s’est fendue d’une simple note laconique à l’attention des populations qui seraient tentées de se révolter. L’appel est pris très au sérieux, comme en atteste cette note signée des mains de Jean Pierre Okiba (encore un mbochi comme Sassou) et derrière laquelle on peut aisément deviner que le pouvoir et sa soldatesque sont aux abois et pris de panique. Il y a le feu dans la maison.

A écouter sans modération. Il s’agit d’un cri de colère et d’un appel à la révolte d'un soldat de Sassou débarrassé de tout fanatisme aveugle de la tribu Etat, une tare que le despote congolais leur a longtemps inculquée pour parvenir à ses fins, c’est-à-dire : la conquête du pouvoir et sa confiscation au seul profit des Sassou et des Nguesso.

La crise économique qui touche les Congolais est sans nul doute passée par là. Et les routes de Jean Jacques Bouya qui partent en vrille à la moindre pluie dans les quartiers Nord de Brazzaville, semblent être la goutte d’eau de trop qui a fait déborder le vase et saper les convictions de cet homme qui, hier encore,  ne jurait que par Sassou et son clan.

Enfin, une prise de conscience. Des vérités crues comme on aimerait les entendre. Elles ne viennent pas de n’importe qui, mais d’un des hommes qui ont fait de Sassou le roi au Sassouland. Lui et ses frères d’armes se sont battus pour un pouvoir devenu familial et dont ils ne profitent absolument pas. Même pas une seule miette. Une injustice qu’il ne supporte plus et qui l’a mis hors de lui. Une dictature clanique qui n’épargne plus ses propres enfants. Il aura fallu qu’il en soit lui-même victime pour en fin ouvrir les yeux et se rebiffer ?  Pourtant, tout ce qu’il dit dans cet appel relève du bon sens pour le bien de tous. Mieux vaut tard que jamais. Puisse cet appel arriver aux oreilles des destinataires. C’est en tout cas, tout le bien que nous lui souhaitons.

Sassou, un mec ingrat qui rechignerait à renvoyer l’ascenseur ? Ce qui est sûr, c’est que ce n’est pas une âme charitable, d’après ce que l’on peut en juger des désillusions de ceux qui l’ont ramené au pouvoir. Marcel Ntsourou a combattu pour lui, dieu sait comment il a fini : assassiné. Avoukou et autres ne juraient que par Sassou, on sait comment ils ont été remerciés. Et ce n’est pas Norbert Dabira qui contredira du fond de sa cellule, lui, qui, hier encore, servait avec zèle le tyran et ce pouvoir qui l’a honni. 

Pour éteindre l’incendie, un des fins limiers de ce pouvoir criminel a jugé bon de sortir de l’ombre, sans doute pour plaire à ses maitres. Il s’agit du sieur Jean Pierre Okiba,  à qui je décerne la légion d’honneur quant à sa promptitude à faire correctement son boulot. Il le fait tellement bien qu’il mérite réellement ses galons. Et ceci n’est pas un hasard car Sassou le lui rend très bien.  Il faut comprendre Jean Pierre Okiba. Ce pouvoir lui a tout donné. Que deviendrait-il, sinon ? Propulsé « Colonel » de son Etat, ce pion de Sassou, qui prend ses ordres auprès de Jean François Ndenguet aurait tout à perdre si Sassou devait être chassé du pouvoir. Ce serait une vraie catastrophe dont il ne se relèverait jamais. Mais l’eau, le feu et le peuple, sont des forces indomptables. Jean Pierre Okiba et ses chefs le savent très bien. La vindicte populaire, c’est un vrai cauchemar pour tout tyran et ses collabos. Aucune dictature au monde ne lui a jamais résisté.  Pas donc étonnant de voir ce sous-fifre de Sassou dégainer. Hier c’étaient eux, Aujourd’hui c’est nous, demain ce sera peut-être vous. Puisse Jean Pierre Okiba méditer sur ces dernières paroles de Norbert Dabira juste avant d’être mis au cachot.

Jean Jacques Morawa

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS