21
Dim, Avr
2 Nouveaux articles

L'hommage d'une fille, Sandra Mokoko, à son père, J3M.

politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Papa,

En ce jour particulier pour toi, je me permets de t’écrire même si je sais que tu ne le liras peut-être pas. C’est ma façon de garder un lien permanent avec toi et de te faire vivre à mes côtés, à nos côtés et qu’aussi loin que tu sois, que tu saches si tu peux que tu es avec nous.

Mon papouné, il y a environ 3 ans, tu as décidé de t’engager encore un peu plus pour ton pays Le Congo-Brazzaville. Tu as eu le courage et la force de donner un avis, ton avis, sur le changement de la constitution. Enfin, après un référendum, la voix des « urnes », ta position a été rejetée !

Dès ton retour à Brazzaville, ton accueil à Maya-Maya t’a fait comprendre que tu n’étais pas le bienvenu au Congo ton pays, ce pays où de mes grands-parents tu es né un 19 mars 1947.

Malheureusement, mon papa, ta position, cette position qui était aussi celle d’un grand nombre de Congolais (politiques ou non) n’a pas été écoutée par les hors la loi.

N’en déplaise à un certain nombre de personnes, mon papa, tu as décidé, de t’engager pour les élections présidentielles avec cette nouvelle constitution !

Ton engagement, cet engagement dans ce scrutin électoral a fait de toi un autre homme. De mon papa, tu es devenu candidat ; de candidat, tu es devenu candidat populaire à prendre au sérieux ; de candidat populaire à prendre au sérieux tu es devenu Espoir ; de simple Espoir tu es devenu Espoir d’un peuple ; d’Espoir d’un peuple, tu es devenu seul et grand Espoir de plusieurs congolais ; de grand Espoir, tu es devenu l’Espoir de tout une génération de Congolais qui croyait, qui croit encore (et ils ont raison) en « la chance de tous et pour tous » dans notre pays.

De mon papa, tu es devenu : notre papa, J3M, Moïse, ….

Je t’ai vu rassembler les Congolais du Sud au Nord, de l’Est à l’Ouest. Toutes ses personnes ont scandé ton nom ! des Moïse Moïse Moïse, des « Mokoko président » …, tous ses slogans avec une foule de Congolais derrière toi étaient devenus le quotidien d’une grande partie du peuple congolais.

Malgré toutes les peaux de banane qu’on mettait sur ton chemin, porté par les Congolais qui avaient compris ton discours, qui adhéraient à tes idées, le candidat Mokoko réussissait à les éviter.

Le summum, ce rendez-vous à Pointe-Noire a fait comprendre à ceux qui étaient à tes côtés et aux autres candidats que : de, l’Espoir de toute une génération des Congolais, tu étais devenu l’Espoir et le Sauveur des Congolais.

L’évidence.

En voyant le peuple congolais que tu drainais avec toi par ton discours et tes idées, tous les Congolais (sur le territoire national et la diaspora) ont cru en l’évidence du résultat de ce scrutin présidentiel. Ils avaient raison d’y croire. Mais nous sommes au Congo et au Congo comme dans beaucoup de pays d’Afrique Centrale, « la fin et l’issue du match dépend de ceux qui détiennent le pouvoir de décider au-delà des règles ».

Nous connaissons tous la suite.

Au fait, en début de moi, j’ai appris que tu étais mort !!!! Que dois-je faire : en rire ou pleurer ?

C’est compliqué de vivre avec ce genre de nouvelles : un jour tu es gravement malade, le suivant tu es dans le coma et après tu es mort ! Je fais avec et je prie pour que tu aies une santé de fer et j'ai l'assurance que Notre Seigneur veille sur toi.

Comment devrais-je t’appeler aujourd’hui ? MANDELA ?

Non ! Aujourd’hui comme toujours, tu es mon papa, notre papa Jean-Marie Michel MOKOKO et moi, Sandra Michelle MOKOKO en ma qualité d’aînée, au nom de mes frères et sœurs et de tes petits enfants je te souhaite UN BON ET JOYEUX ANNIVERSAIRE PAPA.

Tu nous manques.

Nous t’embrassons tous PAPA.

Sandra Michelle MOKOKO

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS