21
Mar, Mai
6 Nouveaux articles

Droits de l’Homme au Congo : terreur, répression et manipulation de l’opinion publique

politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

RAPPORT ANNUEL 2019 : droits de l’Homme au Congo-Brazzaville : La terreur et la répression permanentes conjuguées avec la manipulation de l’opinion publique internationale par les gouvernants

La doctrine du Gouvernement en matière des droits humains en République du Congo tient de la duplicité manipulatrice : le discours politique d’un Etat prétendument protecteur des droits humains dans la formulation des politiques y compris l’élaboration des législations ou encore devant les instances et médias internationaux est quotidiennement démenti pas une réalité nettement plus sombre.

Ainsi, la République du Congo tant au niveau international qu’en droit interne, a ratifié et légiféré pour garantir des droits nouveaux à ses citoyens. Paradoxalement, les violations des droits humains demeurent graves et la tendance se renforce. Ces violations des droits humains n’ont pas connu le recul espéré.

Il faudra du temps certes pour établir une culture de respect des droits de l’Homme au Congo Brazzaville et mettre en place des institutions fortes.

Face à ces progrès trop lents, les congolais ressentent un fort sentiment de déception et d’injustice ; sentiment accentué par la culture de l’impunité qui s’est instaurée dans un État complètement défaillant. L’absence d’une politique élaborée et/ou de vision positive des droits humains rend ardue la lutte contre les atrocités au Congo-Brazzaville.

Le présent rapport annuel 2019, portant sur les observations et investigations ayant eu lieu en 2017 et 2018, l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) rassemble, des renseignements vérifiés sur la situation des droits humains dans le pays. L’organisation revient également sur des cas de violations antérieurs mais qui n’ont été découverts et documentés que pendant la période couverte par ce rapport.

Le présent rapport traite des droits civils et politiques (I) et des droits économiques et sociaux (II).

Lire le rapport ici

La réaction du porte-parole du gouvernement congolais (Thierry Moungalla) à ce rapport :

"Le gouvernement en concertation avec une vingtaine d'ONG de la société civile a signé un protocole d'accord le 22 février 2019 et c'est une plate-forme de concertation permanente qui permet de manière constructive de faire avancer les questions des droits de l'homme. Le gouvernement note que l'OCDH a refusé de signer ce protocole parce que cette organisation était dans une démarche solitaire qui était de procéder à des accusations que je qualifierais de politiciennes".

La réponse de l'OCDH 

"L’ObservatoireCongolais des Droits de l’Homme (OCDH)a pris connaissance de la réaction du Gouvernement congolais à travers l’intervention de Monsieur Thierry Moungalla, porte-paroledu gouvernement congolais. Nous constatons que le porte-parole du Gouvernement ne dément pas les informations contenues dans notre rapport annuel2019. Ce qui est une bonne chose". Lire la suite de la réponse ici

xxxxxxxxx

Pierre Ngolo, le PCT et la hantise de laperte du pouvoir

" Nous savons, pour nombre ici nous savons ce que c'est que laparte du pouvoir. Quand on l'a perdu on sait comment ona vécu "

A voir er à écouter : https://www.youtube.com/watch?v=nmF97aIapLo

Rions un peu

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS