22
Dim, Oct
5 Nouveaux articles

Parfait Kolélas, député du Pool à propos du Pool : « J’ignore ce qu’il s’y passe... »

politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Lecture comparée des deux entretiens avec la presse, l'un avec Parfait Kolelas, l'autre avec Zacharie Bowao, sur le même sujet, à savoir le Pool.

Cherchez l’erreur ! Indice : Kolelas est originaire du Pool et Bowao de la Likouala.

Interview de Kolelas dans Jeune Afrique.

Jeune Afrique : Dans le département du Pool, les élections n’ont pas pu avoir lieu dans toutes les circonscriptions, dont la vôtre. Que s’y passe-t-il vraiment ?

Lorsqu’un État ne parvient pas à assurer la sécurité dans certaines parties de son territoire, cela traduit une perte de souveraineté. J’ignore ce qu’il s’y passe, si ce n’est qu’il s’y joue une crise sécuritaire et humanitaire dont je ne connais ni les tenants, ni les aboutissants.

Il faudrait convoquer un dialogue à Kinkala, chef-lieu du Pool, entre les ressortissants du département : les élus, les sages, les chefs de villages et de congrégations religieuses… À l’issue de ces palabres, nous demanderions au gouvernement de nous autoriser à aller chercher Frédéric Bintsamou [alias le pasteur Ntumi, chef des miliciens Ninjas Nsiloulous qui a repris le maquis après la présidentielle] dans la forêt. Puis nous l’écouterions et transmettrions à l’État ses revendications.

Jeune Afrique : La légende voudrait que vous soyez le « fils » de Denis Sassou Nguesso, votre père mourant [l’ex-Premier ministre Bernard Kolélas, décédé en 2009] vous ayant laissés, vous et votre frère Landry, entre les mains du chef de l’État…

Ce n’est pas une légende. En Afrique, quand un enfant vient au monde, il appartient à tout le monde. Dans ces conditions, lorsque votre père meurt, celui qui reste prend sa place. Et il est vrai que le président était l’un de ses amis proches

Lire la totalité de l'entretien

Interview de Bowao dans Mondafrique

A la question de savoir pour quelles raisons l'opposition dont il fait partie a boycotté les législatives, la réponse de Bowao :

- Tout d’abord, pour une raison éthique. Comment participer à ces élections alors que le département du Pool est en train d’être bombardé ? 

Mondafrique. En quoi cette guerre est-elle organisée par le pouvoir ?

La lecture est simple. Le gouvernement en place a lancé les hostilités dans la partie sud de Brazzaville, le 4 avril, pour permettre à la Cour constitutionnelle de proclamer des faux résultats. Pendant ce temps, on en profite pour consolider les assises d’un pouvoir illégitime. La guerre du Pool est une diversion organisée par le gouvernement. Dans le département, il y a 85 000 déplacés régulièrement recensés par les Nations Unis. Nous sommes dans une situation d’urgence humanitaire.

Mondafrique. Comment évolue cette crise humanitaire après plus d’un an d’hostilité ?

Je suis fortement optimiste. La vérité finira par l’emporter et le pouvoir illégitime tombera. On a traité Frédéric Bintsamou, alias pasteur Ntumi, de rebelle et du fait que nous n’allions pas négocier avec lui. Mais le président de l’Assemblée nationale, Isidore Mvouba, a pris l’initiative de mettre en place une plateforme ouverte à toutes les forces politiques du département du Pool pour essayer de trouver une solution avec Monsieur Bintsamou. Le problème du Pool c’est le problème du Congo

Mondafrique. Alors que le Pool s’embrase, la dette du Congo est en train de flamber et atteint 120 % du Produit intérieur brut

Le pays est dans une situation insoutenable. Sa dette est le fruit d’une mauvaise gouvernance du pays. Depuis 2014, le pays se dirige vers l’implosion à la fois pour des raisons politiques, économiques et sociales. Les fonctionnaires restent trois mois sans salaire et les retraités vivent en moyenne huit mois sans leur pension. Le Congo ressemble aujourd’hui à une entreprise en cessation de paiement. C’est la banqueroute. Le pays a perdu ses lettres de noblesses dans le concert des nations.

Notre commentaire

Kokelas ignore ce qui se passe dans le Pool. Plutôt il le sait  : Il y a une crise sécuritaire.  Sauf qu'il n'en connait ni " les tenants ", ni  " les aboutissants".

Mais peut-être attend-il de voir dans quel sens le vent va tourner pour savoir que Sassou tue des populations civiles et rasent des villages du Pool...

Entre nous soit dit : cet individu est vraiment étrange ! Car à la lecture de ces entretiens on voit, d'un coté, un opposant, ou simplement un homme poltique, et d'un autre côté un animal d'une espèce inconnue. Et c'est là, le drame des populations du Pool : suivre des hommes manifestement pas à la hauteur.

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS