21
Mar, Jan
3 Nouveaux articles

En septembre, Amnesty International a reçu des informations indiquant que des policiers congolais violaient des femmes, y compris des réfugiées et des demandeuses d'asile. À la fin de l'année, les autorités ne semblaient avoir pris aucune mesure pour enquêter sur ces allégations. Une petite fille de cinq ans a été violée, apparemment par des policiers ; ses proches ont rapporté que des fonctionnaires l'avaient enlevée de chez elle, à Brazzaville, au milieu de la nuit, emmenant avec eux d'autres membres de la famille.

De quoi y perdre son lingala : on se demande encore quelle mouche de l’Alima a piqué Sassou quand il a favorisé des négociations parallèles à Nairobi entre les deux anciens présidents centrafricains Michel Djotodia et François Bozizé. Le poto poto créé par le médiateur Sassou semble donc prendre fin, au grand soulagement des centrafricains. Une tambouille diplomatique qui se termine en eau de boudin.

Quatre hommes en tenue militaire, munis de bérets rouges et armés à bord d’un véhicule taxi de marque Toyota Corolla communément appelé « Benoit XVI », dont l’immatriculation n’a pu être identifiée, ont tenté de s’introduire par effraction dans la nuit du 11 au 12 février 2015 aux environs de 1 heure du matin dans la parcelle abritant les bureaux de la RPDH, situés au quartier OCH dans le 1er arrondissement Emery Patrice Lumumba à Pointe Noire.

L’habitude des ors de la République est tellement ancrée chez lui et au sein de son clan qu’il n’abandonnera rien sans combattre, les richesses accumulées étant immenses : la ville d’Oyo et son aéroport privé d’Ollombo, sortis des marécages, devenue en quelques années une cité moderne avec gymnase, hôpitaux, hôtels de standing, villas de luxe, qui risque de subir demain, hélas, le sort de Gbadolité, village de Mobutu englouti par la brousse ; ses avions (Falcon, boeing) et hélicoptères ; ses participations dans diverses sociétés au Congo et à l’étranger, les immeubles et palais, bref toute une fortune amassée des années durant sur le dos des Congolais.

Chaque jour qui passe connaît son lot de défections à la Majorité présidentielle, laquelle se réduit comme peau de chagrin. Après celle du RDPS de Thystère Tchicaya qui s’est prononcé pour le Non au changement de constitution, voici venu le tour du RDD. Lors de la réunion extraordinaire de son comité directeur, le parti fondé par l'ancien président Jacques Joachim Yhombi Opango est venu grossir les rangs de ceux qui s’opposent fermement à la volonté de Sassou de mourir au pouvoir.

Depuis le retour aux affaires de Denis Sassou Nguesso en 1997, le patrimoine du Congo-Brazzaville se réduit comme la peau de chagrin de Balzac. La capacité de préserver les bijoux de famille dans l’escarcelle de l’Etat par Sassou, le PCT et les épigones du « Chemin d’avenir » est incertaine voire nulle.

Notre pays est entré dans une zone de turbulences et personne ne peut prédire l'avenir La sagesse des anciens, parvenue à nous à travers les proverbes, maximes, contes des centres de conservation du patrimoine traditionnel de la société congolaise que sont le lemba, le tchikoumbi, le twere et le nzobi, peut nous aider à fabriquer de nouveaux logiciels et retrouver nos valeurs perdues.

Plus d'articles...