27
Jeu, Fév
0 Nouveaux articles

Le jeu sinon trouble, du moins incohérent que joue Sassou, médiateur officiel en Centrafrique est incompris au point qu’aujourd’hui les autorités de la transition de pays,Catherine Samba-Panza, présidente de la transition en tête, soupçonnent ce dernier de trahison. En voilà qui découvrent " l'hommes des masses " tel qu'en lui-même !

Chancel Massa " Avant, les clubs congolais étaient plus populaires que l'équipe nationale, mais maintenant, c'est l'inverse. Bien sûr, il y a encore dumondeau stade pour les rencontres entre les Léopards de Dolisie et les Diables noirs.Mais la plupart des matchs entre clubs congolais ne sont même pas télévisés, ni même retransmis à la radio, sauf peut-être pour la finale de la Coupe du Congo. L'Etat n'a pas les moyens pourpayerla diffusion de tous ces matchs-là. En fait, lesgensse tiennent beaucoup au courant par téléphone. »

Ce n’est qu’un début : les rats du « chemin d’avenir  », les uns après les autres quittent le navire PCT, ultime geste de survie comme avant le naufrage du bateau. Le camp du non au changement de la Constitution du 20 janvier 2002 ne désemplit pas.

Quand on observe et on analyse objectivement l'histoire du Congo depuis 1977, on constate aisément qu'un seul homme,le Général SASSOU NGUESSO, a totalement dominé la vie politique congolaise. Faire ce constat sans chercher à comprendre pourquoi : voici la plus grosse bétise de l'élite congolaise.Comment pouvez vous combattre et penser vaincre un adversaire sans le connaître ?

Le ciel s’assombrit pour le PCT et la majorité présidentielle. Un à un les rats quittent le navire Nguesso à la dérive. Le RDD de Yhombi Opango et l’UP de Jean Martin Mbemba ont déjà rejoint le collectif des partis opposés à au changement de la Constitution. Le MCDDI, le RDPS, le MDP de Jean Claude Ibovi, le MSD de Blanchard Oba, le Rassemblement citoyen de Jean Claude Nsilou, le PSVR de Michel Mampouya, la DRD d'Hellot Mampouya ont fait défection.

Donc, d’un côté les frères Kouachi et Coulibaly, des français nés et grandis en France, éduqués à l’école laïque républicaine. Tous ont commis les actes barbares que l’on sait. D’un autre côté, un immigré de 24 ans arrivé en France depuis huit ans grâce à un regroupement familial, éduqué selon la tradition africaine dans son village de Kayes au Mali et qui vient administrer une leçon d’humanité. Pour son acte de bravoure ce garçon sera naturalisé français ce mardi. Cherchez l’erreur !

Plus d'articles...