19
Mer, Jui
3 Nouveaux articles

On a coutume de n’évoquer que le manque d’envergure de la classe politique et singulièrement celui de l’opposition locale ainsi que la relative démission de nos intellectuels. Mais quid de nos artistes qui mangent à tous les râteliers.

Ils veulent bouffer du Mokoko tout cru.  Le revoici convoqué ce 20 Mars pour la deuxième fois en l’espace de seulement 2 jours par un juge à la solde de Sassou. Mais il doit tenir bon et rester fidèle à la ligne qu’il s’est fixée. C’est la bonne.

Statue de bois, le peuple des Brazzavilles nord n’a pas bougé d’un iota à la mort du colonel Marcel Ntsourou, à l’arrestation du général Jean-Marie Michel Mokoko, d’André Okombi Salissa, à la déflagration de Mpila du 4 mars 2012 et à l’arrestation du général Norbert Dabira.

J’ai récemment vu les images de Gys Fortuné Ndombé, amaigri, visage émacié, défiguré, complètement méconnaissable, me rappelant les images d’un autre temps, celles des déportés d’Auschwitz dans les camps de concentration. Que reproche-t-on à ce journaliste ?

Les conseils d’administration de la SNPC peuvent se tenir en mbochi. En effet, tous les membres du directoire pratiquent la langue du village. Maixent Raoul Ominga ne s’était-il pas adressé à ses collaborateurs de la SNPC en mbochi au cours d’un Conseil du budget sur le financement d’un puit pétrolier en présence d’interlocuteurs ahuris de Total et ENI ?

Plus d'articles...