23
Lun, Oct
5 Nouveaux articles

Les dernières nouvelles du Sassouland : Miss Yoka et les voyous du Sassouland

potpourri
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Claudia Yoka, la fille de son père, a donc démissionné parce qu’elle a estimé que trop, c'est trop. Elle refuse donc de se mettre sous la tutelle d’un « ministre », acteur de film porno (il suffit de faire une recherche sur google sur le nom Leonidas Mottom pour voir de quoi il s'agit) et au parcours plus que douteux. C’est bien et je dis bravo. C’est une vraie révolution dans ce pays où la culture de la démission n’est ni inscrite dans les gènes, ni dans les mœurs.

« Mes chers amis de la culture, je n'ai pas souvent eu l'occasion de vous dire à quel point vous avez été précieux dans ma quête de donner à la culture de mon pays un élan, une force sur la scène internationale..... Le nouveau Ministre de la culture du Congo Brazzaville ne fait pas l'unanimité et je conçois très mal de me placer sous la responsabilité d'un pornographe ! Je vous écris donc pour vous faire savoir que j'ai démissionné de mon poste de Directrice de la communication et de la coopération du Ministère de la culture hier... ». Ainsi commencerait la lettre de démission de Miss Yoka,  fille de Aimé Emmanuel Yoka (oncle de Sassou et ex-ministre de la Justice)... Ambiance.

Ne désespère chère Claudia, vous aviez tous applaudi " Encore plus loin ". Nous y voici, et nous ne sommes qu'au début.

Claudia Yoka, la fille de son père, a donc démissionné parce qu’elle a estimé que trop, c'est trop. Elle refuse donc de se mettre sous la tutelle d’un « ministre », acteur de film porno ((il suffit de faire une recherche sur google sur le nom Leonidas Mottom pour voir de quoi il s'agit)) et au parcours plus que douteux. C’est bien et je dis bravo. C’est une vraie révolution dans ce pays où la culture de la démission n’est ni inscrite dans les gènes, ni dans les mœurs. Nombreux, pour des raisons du ventre ou simplement du culte de la personnalité, préférant plutôt l’humiliation à la dignité.

 

J’ignore toutefois ta parenté avec le tyran. Mais chère claudia, il y a bien longtemps que tu aurais dû démissionner, les motifs, y en a à tire larigot comme les biens mal acquis dont ton grand oncle et les membres du clan sont férus, ou la mise sous coupe réglée du Sassouland au seul profit des membres de ta famille, ou mieux, lorsque par exemple ton tyran de petit oncle, a violé sa constitution, tué les bambins qui manifestaient pacifiquement leur hostilité dans les rues du Sassouland, ou plus criard encore, lorsque le tyran a décidé de passer outre le vote, en se maintenant coûte que coûte au pouvoir , et le tout, avec la bénédiction de ton garde des « sots » de père.

 

Si même toi, l'enfant de la famille, nourrie au lait et au miel de la République du Sassouland, en est à démissionner avec fracas, c'est que le mal est plus que profond. Tous ceux qui le dénoncent depuis des années, sont soit tués, soit jetés en taule.

Juste pour ta gouverne, les Léonidas Mottom, y en a plein au gouvernement, dans diverses institutions du Sassouland, à l'armée ou à l'assemblée, le cas le plus emblématique, c'est celui de Hydevert Mouagny à qui le Sassouland a grandement ouvert ses portes pour se montrer à Téléfoufou avec sa milice.

 

Voilà une esquisse des valeurs dont ton grand oncle Sassou est le chantre depuis près de 33 ans, et avec lui, sa nouvelle République du Sassouland.

 

Jean Jacques Morawa

Notre commentaire

Nous ne comprennons pas notre soeur Claudia. Serait-elle jalouse de cette fille qui profite des performances viriles du nouvel homme fort de la Likouala ? En plus, tout cela ne participe-t-il pas du rayonnement de la culture congolaise !

Lire également notre article 

 Du silence de François Hollande sur Sassou. Lettre ouverte à François Hollande, par Alain Mabanckou

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS