13
Mer, Nov
1 Nouveaux articles

Election présidentielle : le oui mais de l'opposition

Congo B
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Bref on demanderait à Sassou, qui a réussi à faire voter et à promulguer sa nouvelle constitution envers et contre tous, de scier la branche sur laquelle il est assis. Le dictateur ayant comme d’habitude de ne rien à offrir en l’absence d’un véritable rapport de force, seule langue compréhensible par lui, s'agit-il là d'un avertissement lancé à la communauté internationale avant l'insurrection populaire ?

Hier mercredi 13 juin, le Front républicain pour le respect de l'ordre constitutionnel et l'alternance démocratique (Frocad) et l'Initiative pour la démocratie au Congo (IDC) ont changé le fusil d’épaule lors d’une Convention qui s’est tenue à Brazzaville. En effet, le réflexe de la politique de la chaise vide semble avoir vécu, du moins dans un premier temps. En effet, l’opposition congolaise n’appelle pas, comme d’habitude, à un boycott de l’opération « Election de Sassou au premier tour ». Elle accompagnerait cette fois-ci le dictateur, à condition que certaines conditions minimales soient respectées, à savoir :  la mise en place d’une commission électorale véritablement indépendante ; un fichier électoral fiable expertisé par des observateurs internationaux ; l’institution d’un bulletin unique.

Bref on demanderait à Sassou, qui a réussi à faire voter et à promulguer sa nouvelle constitution envers et contre tous, de scier la branche sur laquelle il est assis. Le dictateur infatigable ayant pour habitude de ne jamais rien offrir en l’absence d’un véritable rapport de force, seule langue compréhensible par lui, s'agit-il là d'un avertissement lancé à la communauté internationale avant un appel à l'insurrection populaire ? Ou bien s'agit-il de faire du surplace synonyme d'aveu d'impuissance ? L'avenir nous le dira très vite.

Lire les documents de la Convention de l'opposition

Communiqué final

Rapport de synthèse

Motion sur les opérations préélectorales