23
Lun, Oct
5 Nouveaux articles

Kabila et Denis Sassou-Nguesso seront bientôt face à leur destin : leur Constitution, qui fixe un nombre-limite de deux mandats présidentiels, leur commande de partir. Seront-ils, en se retirant, des sages africains qui accompagnent le réveil de l’Afrique, encensé et annoncé par tous les observateurs ? Ou seront-ils, comme de vieux lions ou éléphants africains, les fossoyeurs de leurs démocraties naissantes ?

"Un officier m'a tout simplement dit que j'étais interdit de voyager jusqu'à nouvel ordre. Selon cet officier, l'interdiction est simplement verbale, mais ferme et vient de la hiérarchie ", a déclaré Pascal Tsaty Mabiala. " Désormais, je me considère comme un prisonnier au Congo après cette deuxième interdiction " de voyager, a ajouté le député et président du groupe parlementaire de l'UPADS à l'Assemblée nationale, déjà empêché le 6 juillet par la police d'embarquer à bord d'un vol Air France au départ de Brazzaville pour Paris.

Okombi Salissa informe ce jour les Congolais via Facebook que le pasteur Yves Castanou (responsable de l’agence de régulations et des communications électroniques) aurait annoncé la suspension de la connexion internet 2 g et 3 g via les téléphones mobiles au Congo pendant une durée d’un an, c’est-à-dire le temps du coup d’Etat constitutionnel.

Les premiers téléphones mobiles "made in Congo" sont sortis mardi des ateliers d'assemblage de l'usine VMK à Brazzaville, capitale de la République du Congo, et ont été présentés aux autorités congolaises. Pour Vérone Mankou, initiateur de ce projet, cette usine constitue le début d'une nouvelle aventure, car, a-t-il indiqué, c'est désormais 70% des produits VMK qui sont réalisés au Congo.

De quel " dialogue national " le pouvoir congolais peut-il se prévaloir alors que celui-ci a été pour le moins contesté ? Il faut croire pourtant que pour tous ceux qui ont voué aux gémonies cette consultation, la messe est dite, hélas ! Car, on voit mal comment le président congolais échouera à arriver à bon port, à présent que la machine de son projet de maintien au pouvoir est lancée. Assurément, le satrape congolais vient de faire couler le sang de la démocratie.

Plus d'articles...