19
Mer, Jui
0 Nouveaux articles

Francophonie : la candidature d’Henri Lopes plombée par Sassou

politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Pour une fois, depuis le sommet de la Francophonie à Beyrouth (Liban) en 2002, où Chirac avait rabroué Sassou lequel présentait son candidat, en lui sommant d’ « arrêter ses conneries », à Dakar le romancier et diplomate congolais Henri Lopes était candidat cette fois-ci au poste de secrétaire général de la Francophonie avec de réelles chances de l’emporter, ceci faute de candidat de consensus. Et cela malgré son âge (77ans aux prunes) considéré de nos jours comme canonique.

De fait, à la fin du sommet, seuls deux candidats restaient en lice : Henri Lopes et la canadienne d’origine haïtienne Michaëlle Jean. Quelques chefs d’Etat redevables au conducator congolais, tel Alassane Ouattara militaient du reste pour que l’Afrique garde ce poste jusque-là réservé au continent, pendant que d’autres demeuraient dans une prudente réserve.

Hélas, mille fois hélas ! C’était sans compter avec le séisme de Ouagadougou et ses répliques.

« Quand le Congolais Denis Sassou-Nguesso a présenté la candidature de son ambassadeur, Henri Lopes, il avait toute raison d’être confiant, car tout le monde disait que cette fois le poste devait revenir à l’Afrique centrale. Mais voilà, il y a un mois, le peuple burkinabè a chassé un président qui voulait changer sa Constitution pour briguer un troisième mandat. Or le président Sassou est vivement soupçonné de nourrir les mêmes intentions. Henri Lopes est une personne remarquable, mais après la révolution burkinabè, un homme du président Sassou ne peut plus prendre la tête de la Francophonie ; ce serait un signal désastreux, confie un membre de la délégation française à Dakar. Bref, la révolution burkinabè a impacté ce sommet de Dakar, et Paris, encore une fois, a imposé son choix. Ce qui risque de laisser des traces », croit savoir RFI Le fin mot de l’histoire. Après le huis clos entre Hollande, Sassou et Stephen Harper, le Premier ministre canadien, un huis clos consacrant l’échec de son candidat, Sassou est ressorti, le visage fermé, et a quitté immédiatement le centre pour rentrer à Brazzaville ...

Langangui