23
Lun, Oct
5 Nouveaux articles

En prévoyant un article (article 96) dans sa nouvelle constitution qui lui assure l’impunité pour les crimes et délits commis pendant son mandat, Sassou savait ce qu’il faisait : en effet dès 2015, il avait conscience d’avoir précipité le pays dans le gouffre, en le surendettant et en pillant ses richesses. Les Congolais font grise mine en le découvrant aujourd’hui.

« Conscient  » de la grogne sociale à venir et probablement de sa chute, le tyran caresse les travailleurs dans le sens du poil en leur enjoignant de ne pas recourir à la grève et la violence, seul moyen perceptible aujourd’hui de le mettre hors d’état de nuire pour abréger les souffrances de la population.

Finalement, la seule chose que les Congolais retiendront, et, seul moment de lucidité dans ce discours, c’est le constat du dictateur selon lequel « la nuit ne dure jamais éternellement. Le soleil finit toujours par se lever ». En effet, la nuit dans laquelle la mégestion du clan d’Oyo a plongé les Congolais depuis plus de trente ans ne durera pas éternellement.

En lieu et place de certains caciques du PCT, Sassou a nommé ses enfants (3 au total dans la nouvelle assemblée, excusez du peu ! ), en même temps que ceux de plusieurs obligés et adversaires du passé tels Thystère Tchicaya, Pascal Lisoouba ou Ganao,. Ici ne manquent à l'appel que les enfants de  Kolelas dont un, dit-on, pourrait hériter du fauteuil de maire de Brazzaville, en souvenir de papa.

Sassou, c’est l’infatigable bâtisseur et fabricant de la dette dans l’histoire du Congo. C'est l'inlassable dilapideur et pilleur des richesses nationales. Pour d’autres, gouverner c’est prévoir. Pour lui, gérer un pays, c’est fabriquer de la vaine dette et gager le pétrole. En plus de trente ans de pouvoir, c’est ainsi qu’il a toujours précédé.

C'était un secret bien gardé mais en juin dernier, Brazzaville, affaibli par ses défauts de paiement répétés, a finalement dû révéler au FMI l'ampleur des dégâts: une dette de 120% du PIB, soit presque deux fois le taux autorisé au sein de la zone CEMAC.

Plus d'articles...