16
Lun, Juil
2 Nouveaux articles

A une réalité faite de misères chroniques poignantes au sein de la population, le régime Sassou n’y oppose que du bidouillage comme d’habitude. Totalement à la ramasse, les autorités congolaises peinent à tirer les conséquences pourtant évidentes de leur gabegie, à savoir, quitter le pouvoir.

Plusieurs partis politiques viennent d’être supprimés au profit de ceux qui jouent le jeu du pouvoir. Le principe de la qualification ou la disqualification des partis politiques par le gouvernement n’a pas été condamné par Guy Brice Parfait Kolelas et encore moins par Pascal Tsaty Mabiala.

Des gros bras, sortis d’un véhicule diplomatique du Congo en France, pour faire la peau à un paisible citoyen venu crier son indignation contre un tyran et son clan qui ont tout volé au point de mettre tout un pays à genoux. Pitoyable !

Au Congo-Brazzaville, de multiples sources accusent le premier patron de la SNPC d’avoir amassé une colossale fortune après son passage à la tête de la société pétrolière.

En apnée pour avoir asséché le trésor public, le pouvoir de Brazzaville redoute un mouvement insurrectionnel soudain. Tous les indicateurs du pays sont au rouge. Alors, les autorités de Brazzaville tentent une énième opération de diversion en ouvrant une séquence de supercheries judiciaires.

Plus d'articles...