22
Sam, Juil
6 Nouveaux articles

L’officine de Talangaï pèse le pour et le contre avant la proclamation par Sassou du chef de l’opposition qu’il va se donner pendant cinq ans. Tsaty Mabiala est pour Sassou un homme lisse, fiable. Brice Parfait Kolelas, un homme politique qui de son propre aveu attend parfois, pour se décider, de voir « dans quel sens le vent tourne ».

Pour Sassou " il n'y a pas de crise dans le Pool ". Pourtant, le gouvernement congolais et les agences de l'ONU ont lancé un appel au financement du plan d'urgence humanitaire conjoint en faveur de 138.000 personnes en détresse dans le département. Un plan chiffré à 23,7 millions de dollars sur les six prochains mois.

Joachim Mbanza. Car c’est lui. Pour savonner la planche parlementaire de Bernard Thcibambeléla à Mbanza Ndounga, Claude Alphonse Nsilou qui se vante de murmurer à l’oreille de Denis Sassou Nguesso y a donc positionné son conseiller à la communication et journaliste de « La Semaine Africaine  », journal catholique versé désormais dans le « pharisianisme. »

A l'assemblée sortante croupion va succéder une assemblée quasi familiale composée essentiellement des enfants, neveux, nièces, gendres et autres parents nommés de Sassou, saupoudrée habilement de quelques enfants de ses ennemis défunts, histoire de faire diversion et de réaffirmer à la fois son redoutable cynisme.

C’est notre frère Emmanuel Dongala et notre compatriote Alain Mabanckou qui ne vont pas être contents, à la lecture des affiches de campagne électorale qui fleurissent dans les rues de Brazzaville. Beaucoup d’entre elles sont truffées de fautes, parfois grossières. L’image d'un pays dans lequel l’éducation est laissée à l’abandon depuis des décennies...

Plus d'articles...