17
Mer, Oct
0 Nouveaux articles

Manœuvre de diversion : la police de Sassou interpelle Dabira

politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Embourbée dans une crise financière, incapable de prendre les mesures préconisées par le FMI, la croisière s’amuse. Habitué à sortir des crises en créant des tensions sur le plan politique ou militaire, cette fois-ci Sassou a choisi de voir le diable dans une contrée proche de son village d’Oyo. Faute de désigner, comme d'habitude, le Pool, le dictateur a choisi comme bouc émissaire, une fois n'est pas coutume, le général Norbert Dabira, un comique troupier qui avait déjà joué dans un navet intitulé : " Le procès des disparus du Beach ".

Total, on ne peut même pas dire que le clan mbochi commencerait à dévorer ses propres enfants. Loin de là...

A lire

AFP - Un officier de l'armée congolaise, proche du président Denis Sassou Nguesso, soupçonné d'avoir tenter de renverser le régime, a été interpellé à Brazzaville, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Le général Norbert Dabira "a été interpellé hier (mercredi) par la police. Il a passé la nuit à la DGST (Direction générale de surveillance du territoire) et s'y trouve encore pour interrogatoire", a indiqué sous couvert d'anonymat à l'AFP une source proche de cet officier.

"Il semblerait qu'il a voulu renverser le pouvoir en 2017", a-t-elle ajouté sans plus de précision.

Relayée abondamment par les réseaux sociaux depuis 24 heures, la nouvelle de l'arrestation du général Dabira a été confirmée jeudi à l'AFP par une source policière.

Âgé de 69 ans, originaire de la Cuvette (nord) comme M. Sassou Nguesso dont il est très proche, le général Dabira est un ancien inspecteur des Forces armées congolaises et un ex-Haut Commissaire chargé de la réinsertion des ex-combattants. Il est propriétaire d'une chaîne de télévision, Digital radio télévision (DRTV).

L'interpellation du général Dabira intervient alors que des opposants accusés de troubles à l'ordre public et d'atteinte à la sûreté intérieure de l’État sont en détention depuis plusieurs mois sans jugement.

Parmi eux figurent le général Jean-Marie Michel Mokoko, 70 ans, ancien chef d'État-major de l'armée congolaise et l'ancien ministre André Okombi Salissa, tous deux candidats malheureux à la présidentielle contestée de 2016.

Ces derniers pourraient être jugés au courant du premier trimestre 2018, selon le souhait du président Sassou Nguesso.

© AFP.

Notre commentaire

Pour un officier que le couple JDO/Ndengué (dont chacun sait qu'il veut faire place nette pour hériter du pouvoir) accuse d'avoir voulu abattre l'avion de Sassou, son audition par la police a été un peu longue à démarrer.Tout ceci renforce les observateurs dans l'idée qu'il s'agit là d'une simple manoeuvre de diversion ou d'un règlement de comptes.

N'empêche ! Nous avons maintenant hâte de voir le sieur Oko Ngakala exhiber l'intéressé à la presse, menottes aux poignets, chaussettes aux pieds, comme il l'avait fait pour Ntsourou... Wait and see.

Dans la vidéo ci-dessus, qui date de quelques années, Dabira, en bon petit soldat de Sassou, prend maladroitement la défense de son chef, dans les différents crimes dont ce dernier a toujours été soupçonné. Il se qualifie de " grand nom " qui ferait vendre les journaux. Voyons si avec son interpellation, les journaux battront leur record de tirage...

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS