24
Sam, Aoû
8 Nouveaux articles

Les étudiants congolais au Maroc font une belle Pub à Sassou

politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Tribune libre

Sassou. La honte, connait pas ! En terme d’image, le vieux dictateur congolais ne pouvait espérer mieux ! Le voilà bien resservi par des jeunes congolais envoyés au Maroc. Après ceux de Cuba, lesquels revendiquaient la même chose il y a quelques mois : le versement de leur bourse.

Piqué au vif, celui qui s’est mis dans sa tête que le Congo était sa propriété et celle de sa famille, avait décidé leur rapatriement illico pour avoir, d’après lui, fait honte à la nation.  Oui, dans la tête d’un dictateur, c’est comme ça : on ne revendique jamais ses droits. Crevez, et foutez-lui la paix ! A lui et à son clan tous les milliards volés et planqués dans des paradis fiscaux !

Surréaliste, cette scène d'étudiants congolais au Maroc, complètement livrés à eux-mêmes, campant depuis plusieurs jours devant l’ambassade du Congo au Maroc, passant des nuits à la belle étoile, pour réclamer 32 mois de bourse impayées. Oui, 32 mois de bourse jamais versée, c’est, hélas, la triste réalité d’un pays pétrolier conduit à la banqueroute par le vieux dictateur Sassou.

Mais comment font tous ces jeunes pour étudier ? Comment font-ils pour survivre dans un pays qui n’est pas le leur ? Comment font-ils pour tenir, sans l’aide des parents, lesquels connaissent eux-mêmes des retards de salaire ? Bien sûr, ces questions n’ont jamais traversé l’esprit du monarque, lui qui n’a jamais fait d’études supérieures et qui sans doute, trouve cette situation ubuesque et tragicomique normale.

On aurait bien pu en rire si la vie et l’avenir de ces jeunes congolais n’étaient en péril. Sauf que pour Sassou, le plus important, c’est son pouvoir, son image. Il a fait le choix de dépenser inutilement des milliards pour faire du lobbying et corrompre la terre entière pour préserver son trône.

Le plus choquant dans cette histoire, c’est qu’après avoir copieusement siphonné, lui et son clan, les caisses de l’Etat, après avoir surendetté ce pays comme nul ne l’avait encore fait auparavant, après avoir plongé dans l’abime un pays que tout prédisposait à un avenir radieux, ils ont eu l’immense culot de frapper à la porte du FMI pour demander de l’aide… et de danser dans les chaumières une fois celle-ci chichement accordée.

Les Congolais pourtant savent où se trouve leur argent. Alors Monsieur Sassou, rendez l’argent !  Mbongo ébima !

Lire : https://mondafrique.com/congo-les-panama-papers-publient-les-comptes-des-congolais/

Jean Claude Itoua

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS