16
Lun, Juil
2 Nouveaux articles

Le général Mokoko défie les juges

politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Le procès qui a débuté ce lundi a surtout été marqué par l’interdiction d’accès des journalistes à la salle d’audience. Aux abords du palais de justice un important dispositif sécuritaire composé d’hommes en armes et d’engins anti-émeutes a pu être observé.

Lu pour vous

Congo-Brazzaville: le général Mokoko défie les juges

Le procès du général Jean-Marie Mokoko pour atteinte à la sureté de l’Etat s'est ouvert lundi à Brazzaville. L'ancien candidat à la présidentielle de 2016, s'est muré dans son silence en invoquant son immunité.

Le procès  qui a débuté ce lundi a surtout été marqué par l’interdiction d’accès des journalistes à la salle d’audience. Aux abords du palais de justice un important dispositif sécuritaire composé d’hommes en armes et d’engins anti-émeutes a pu être observé.

Le procès qui a débuté ce lundi a surtout été marqué par l’interdiction d’accès des journalistes à la salle d’audience. Aux abords du palais de justice un important dispositif sécuritaire composé d’hommes en armes et d’engins anti-émeutes a pu être observé.

A l’intérieur, le général Mokoko appelé à la barre, s’est empressé à revendiquer ses privilèges de juridictions avant d’être définitivement muet devant son juge, Christian Oba, président de la cour d’appel de Brazzaville.

Un silence lourd de sens

Une stratégie de silence qu’explique son avocat, maitre Eric Yvon Ibouanga. "L’accusé a dit à la cour qu’il était bénéficiaire d’un titre qui l’élève au grade de Dignitaire de la république. Donc, en vertu de ce décret qui produit plein et entier effet jusqu’au jour d’aujourd’hui, il ne peut pas être jugé par la cour criminelle," souligne son avocat qui en  appelle à la libération du général Mokoko

Mais pour la partie adverse, il s’agit d’aller au fond de l’affaire, car le général en prenant brièvement la parole au tribunal a plaidé non coupable en rejetant toutes les accusations portées contre lui. Me Emmanuel Oko, avocat de la partie civile.

"Il faut désormais aller au fond pour analyser les pièces du dossier. Pour analyser comme a dit la cours les scellés, Pour analyser encore d'avantage les témoignages qui viendront. C'est dommage qu'il ait pris cette position alors qu'uil aurait pu expliquer aux congolais les faits qui lui sont reprochés résultent d'un montage. Il rate une occasion et c'est bien dommage" explique Me Emmanuel Oko.

Le juge a pris sa décision, ce mardi les tout premiers scellés opérés contre le général Mokoko seront examinés. Comme on le voit, le procès est bien parti pour être tenu.

http://www.dw.com/fr/congo-brazzaville-le-g%C3%A9n%C3%A9ral-mokoko-d%C3%A9fie-les-juges/a-43696181