12
Mer, Déc
2 Nouveaux articles

Après Mokoko, en attendant Okombi et autres, voici Dabira

politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Tombé en disgrâce, à quoi peut-il penser à cet instant précis, surtout après tant de bons et loyaux services ? En tout cas, lui seul sait. Pauvre Dabira, le voilà par terre, au bord du précipice.

Le « procès » Norbert Dabira a commencé ce 15 Mai. Pathétique, cette image, où l’on voit un homme désespérément seul, autrefois un des plus puissants du régime Sassou. Que ceci serve de leçon à tous ceux qui se disent intouchables aujourd’hui, car la place de Dabira pourrait bien être la leur demain. Un tyran n’a pas d’ami. Personne n'est donc à l'abri, même pas les Philippe Obara, Olessongo et autres qui bombent le torse aujourd’hui. Ils finiront bien comme ça, dans le meilleur des cas. Sinon, comme Ntsourou, Avoukou ou Adoua, à moins que, sortis de leur léthargie, les Congolais en viennent à jouer les trouble-fêtes en balayant cette vieille dictature et tous ses valets.

Tombé en disgrâce, à quoi peut-il penser à cet instant précis, surtout après tant de bons et loyaux services ? En tout cas, lui seul sait. Pauvre Dabira, le voilà par terre, au bord du précipice. Mais, je ne me réjouirai pas de ses malheurs, et je ne l’enfoncerai pas davantage. Finir comme ça, quand on sait ce qu’il a fait pour ce régime…oh…la vache ! Ce Sassou, décidément, est un homme sans cœur.

Ce qui est sûr, c'est que Dabira est déjà condamné d'avance, avant même d'être jugé. Les faux juges de la cour du roi ont reçu instructions et la feuille de route qu'ils respecteront à la lettre. Entreront en suite, les avocats tout aussi corrompus, acquis au roi et son clan pour faire monter les enchères, non pas en plaidant, mais en vociférant comme ils savent très bien le faire…histoire de marquer les points auprès du tyran qui les paie pour ce sale boulot. Au finish, Dabira prendra pour au moins 20 ans, c'est le tarif maison. Tout ce à quoi l'on assiste depuis, c'est une pièce de théâtre de chez nous, version Dabira, après celle de Jean Marie Mokoko la semaine dernière.

Un procès stalinien auquel Dabira ne va pas échapper. Mais, que lui reproche- t-on ? Encore un coup d’État et atteinte à la sûreté intérieure et extérieure d'une tyrannie ? ça commence à faire beaucoup et c'est bien curieux pour un État présenté au monde comme un modèle de démocratie. Le monde entier finira bien par en douter, car le Congo sera bien le seul pays de la planète à compter de nombreux coups d’État par tête d'habitant. Une démocratie où tous les citoyens veulent prendre le pouvoir par les armes ? C'est bizarre, n'est-ce pas ?

Élevé à la culture des coups d’État et arrivé au pouvoir par les armes, Sassou voit des coups d’État partout, même là où il n'y en a pas. En réalité tout ceci fait partie d'une stratégie de conservation de pouvoir qui consiste à éliminer des adversaires politiques jugés trop dangereux, dans le but de tracer et laisser grand le boulevard aux seuls membres de la famille Sassou....le fiston déjà mis sur orbite n'aura plus qu’à tricher le jour venu, couper internet et réseaux sociaux, proclamer nuitamment les faux résultats et déployer au petit matin les miliciens du clan dans les rues. Et le tour est joué.

Ainsi donc, un voleur succédera à un autre. Il sera en plus un dictateur, avec exactement les mêmes maux, les mêmes pratiques, parce que ne l’oublions, il aura été à la bonne école, où il aura tout appris.

La plume libre !

Diaz Mahindou

Procès Dabira : regardez la vidéo ici