25
Mar, Sep
3 Nouveaux articles

sassou entre le marteau du FMI et l'enclume de la contestation sociale ?

politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Après avoir joué au jeu du chat et de la souris, le président congolais Denis Sassou Nguesso, isolé diplomatiquement, a fini par accepter le principe d'un programme d’ajustement budgétaire sous la houlette du FMI. 

Lu pour vous

LesAfriques

Congo: Le Pays bientôt placé sous tutelle budgétaire du FMI

(...) Le régime asphyxié économiquement et financièrement en raison de la mauvaise gouvernance, est désormais au pied du mur. Aussi, le Fonds Monétaire International a-t-il confirmé lors de son conseil d’administration du 6 juillet 2018, les informations révélées par Les Afriques et d’autres médias dans le courant du mois de mars 2017. Ces révélations faisaient état de la dissimulation par Brazzaville, d’une grande partie de sa dette dévoilant ainsi le maquillage éhonté de ses comptes publics. Estimée en mars dernier à 77% du PIB, elle atteint en réalité 120% dudit PIB. Cette situation ne pourrait être sans conséquence sur les négociations en cours avec le FMI, relatives à la mise en place d’un programme d'ajustement budgétaire dont le Régime redoutait déjà les mesures drastiques. Mesures dont le pouvoir aurait souhaité se passer (...)

Lire l'article en totalité.

NDLR

Pour le propagandiste (zélé) en chef du gouvernement congolais, les informations ci-dessus rapportées ne font que des "fake news", un recyclage d'informations datant de l'année dernière. Dont acte : le Congo se porte comme un charme, la dette du Congo n'est pas à 110% mais à 77 %, le pays n'a pas besoin du FMI, tout est bien dans le meilleur des mondes. En matière de dette, qui peut douter de la parole du gouvernement congolais ?