21
Mar, Mai
6 Nouveaux articles

Quand le rapport de l’OCDH accable Thierry Moungalla et son patron

politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Il n'est plus crédible depuis fort longtemps, Thierry Moungalla, et il le sait très bien. Moungalla devrait faire profil bas et se taire plutôt que de nier l'évidence en contestant le rapport de l' OCDH sur les prisons qui, année après année,  n’a cessé de pointer, comme cette année encore, les dérives d’une dictature criminelle longtemps indexée, décriée et mis au ban de la communauté internationale.

Les Congolais se souviennent encore de la mort dans des conditions mystérieuses de plus de treize jeunes au commissariat de Chacona ou de la mort de Marcel Ntsourou.

Sur la tragédie de Chacona, Moungalla avait adopté la même posture avant de faire un rétropédalage. Pour se draper devant l’horreur et l’émoi suscités dans l’opinion par un nouveau crime de masse, Oko Ngakala et Thierry Moungalla n’avaient pas hésité à présenter ces victimes du pouvoir qu’ils défendent bec et ongle comme étant des bébés noirs. Pris en étau et sous la pression, le gouvernement auquel appartient Thierry Moungalla avait fini par reconnaître les faits. La police de Sassou s’est toujours illustrée de la plus triste des manières, comme en témoignent avec effroi Marion Madzimba et Jean Ngouabi. Mais tout ceci, n’est qu’une mise en bouche, le pire est à venir, quand les Congolais auront tourné la page Sassou. Je parie avec certitude et sans aucun risque de me tromper que nous apprendrons l’insoutenable.

Augustin Kalla qui vient de rendre l’âme suite aux sévices subis il ya 3 ans, c’est le dernier cas connu d’une longue liste. On ne compte pas tous ces nombreux anonymes, torturés ou morts dans l’indifférence. La cruauté du régime Sassou est connue de tous, y compris de la communauté internationale.

Laissons Moungalla se consumer tout seul dans ses envolées gargantuesques visant à  cacher les horreurs de ce régime. De facto, il s’en rend complice, et il est payé pour ça. Mais il ne se dédouanera pas quand viendra l’heure de rendre les comptes.

La plume libre !

Diaz Mahindou

A lire

République du Congo : "la démocratie et l'État de droit doivent encore attendre

Congo: le porte-parole du gouvernement conteste le rapport de l'OCDH sur les prisons

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS