13
Mer, Nov
1 Nouveaux articles

Le très controversé voyage du sieur Tony Moudilou

Congo B
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Enfin les masques tombent. Personnage central dans l’affaire de la vidéo contre le Général Mokoko et longtemps soupçonné comme une taupe travaillant pour Sassou et les services de renseignements français, le voilà prêt à être enfin mis à nu. A moins qu’il ne soit parti de son propre chef pour tout assumer et payer à la place du Général Mokoko. Mais cela serait trop beau pour être vrai. Moudilou n’est pas le Christ. Sauf preuve du contraire, il ne paiera jamais pour les péchés des autres.

Tony Gilbert Moudilou « Premier ministre du gouvernement en exil » autoproclamé, ex-soi-disant avocat (sans barreau connu) est à Brazza. Quand j’ai appris la nouvelle, j’ai tout de suite cru à une blague. Mais non. Il m’a fallu me rendre à l’évidence, en lisant confirmation par ses propres soins sur Facebook. Mais que fait-il à Brazza et surtout maintenant ? Les bras m’en tombent.

Au regard de ses brulots enflammés sur Internet contre ce pouvoir, je me suis dit que le gars est allé se jeter dans la gueule du loup. Raté ! Le mec est en liberté et flane, se pavane dans les rues crasseuses et poussiéreuses de Brazza. Quand on sait que pour moins que ça, nombreux ont été jetés en taule, il y a vraiment de quoi s'interroger.

Mais, semble-t-il, les masques tombent. Personnage central, prétendu " metteur en scène ", dans l’affaire de la vidéo contre le Général Mokoko et longtemps soupçonné d'être une taupe au service de Sassou et des services de renseignements français, le voilà sur le point d'être enfin mis à nu. A moins qu’il ne soit parti là-bas de son propre chef, pour tout assumer et payer à la place du Général Mokoko. Mais cela serait trop beau pour être vrai. Moudilou, le mal nommé, n’est pas le Christ. Sauf preuve du contraire, il ne paiera jamais pour les péchés des autres.

De fait, ceux qui affirment bien connaître le bonhomme craignent qu'il n'ait effectué le voyage avec l’intention de charger le général Mokoko, candidat à la présidentielle et que le pouvoir s'est juré d'éliminer. Dans ce cas, on serait en droit de se demander à quel jeu jouerait Tony Moudilou, si ce n’est celui de Sassou.

Un tel retournement de situation, en plus d’être une trahison des frères et sœurs du Pool, équivaudrait à un coup de poignard dans le dos des Congolais qui voient en Mokoko un homme susceptible de les délivrer de 33 ans de dictature sassouiste.

Décidemment, après Landry Kolélas, Tony Gilbert Moudilou. La liste s'allonge...