27
Jeu, Fév
0 Nouveaux articles

Dans ce régime sécuritaire aux abois, le général Okoï, qui vient de recevoir les honneurs français, n’est pas n’importe qui : chef d’État-major des forces armées congolaises, ce pilier du clan présidentiel est l’ancien commandant du Groupement des paras commandos, resté fidèle à Sassou Nguesso en 1992.

Philippe Mvouo, président du Conseil supérieur de la liberté de communication, grand fossoyeur de la liberté de la presse au Congo a interdit aux journaux de ne pas comparer la situation du Burkina Faso à celle du Congo car chaque pays à son histoire !

1

D’ordinaire, selon les règles de bienséance en cours sous nos latitudes, lorsque le président de la République se déplace, il faut se garder de le contrarier. En un mot, l’hôte de la localité se doit de chanter ses louanges. La maire d'Okoyo a dérogé à cette règle...

Les ténèbres ne régneront toujours pas. C'est-à-dire, Sassou ne règnera toujours pas, car il y a une fin en toute chose sous le soleil. L’heure de sa fin point à l’horizon 2015. Telle est ma conviction.

Le projet de referendum  n’est-il qu’une fausse piste pour brouiller les cartes ? Ne serait-ce qu’un écran de fumée pour mieux positionner son fiston Christel Sassou Nguesso en 2016 avec le même fichier, le même découpage et la même commission électorale validés par les élections locales du 28 septembre 2014 ? Sassou Nguesso n’est pas assez fou pour oser braver l’autorité de Barack Obama et François Hollande.

Plus d'articles...